Journée écolo d’avril : du terrassement pour nos petits pieds fragiles

À Comme1terre, il y a à deux pas de la maison un chouette étang artificiel où on peut se baigner (avec des grenouilles et tout). Ce qui est moins agréable, c’est de marcher dans la garnotte (pierraille) pour aller de la maison à l’étang.

Yannick a donc proposé de créer une descente vers le point d’eau qui serait à la fois tendre pour les pieds, belle pour les yeux et intéressante d’un point de vue environnemental : une pente douce recouverte de trèfle qui va de la maison jusqu’à l’eau.

On a eu de la chance avec la météo : ciel bleu et petite brise, un temps parfait pour ce genre de travail d’extérieur.

La première étape a été d’enlever les grosses pierres dans la descente et de les replacer stratégiquement afin d’adoucir la pente. Des braves ont donc pioché, pelleté et sué pour accomplir ce travail exigeant. Pendant ce temps, d’autres enlevaient les très jeunes arbres (les « fouets ») qui poussaient sur ce bout de terrain, sans toucher aux quelques sapins un peu plus gros qui poussent par là.

 

Après une petite pause salsa maison, tout le monde a mis du sien pour adoucir encore la pente en pelletant et ratissant de la terre pour l’amener depuis l’un palier de la descente vers le milieu de la côte.

Maintenant, il reste « seulement » à ajouter une bonne couche de terre pour uniformiser le tout et adoucir encore un peu plus la pente tout en donnant un bon terreau de base au trèfle.

Ensuite, quelques braves ont pelleté de la terre et installé deux immenses tubes au-dessus du ruisseau afin de créer un passage à gué, que la crue de cet été avait détruit

Heureusement, un délicieux pâté chinois, des crudités, du pain maison ET un gâteau au chocolat nous attendaient au retour, de même que quelques bières et des rhums délicieux.

On a déjà hâte de se baigner 🙂

Étaient présents : Marc, Jessica, Keeper, Mathieu, Nathalie, Yannick, Carine et Anick.

Save

Journée Écolo du mois de Mars

Journée Écolo du mois de Mars

En cette prériode de l’année où la neige est devenue un gros bloc de béton et où les sports d’hiver ne sont plus agréables, et qu’il fait quand même -20oC, et donc que juste prendre l’air n’est pas mieux non plus….

Solution: Jouer à des jeux de société devant le foyer!!

Nous avons donc exploré un des principes de la permaculture qui est: Intégrer plutôt que séparer. Bref, nous avons joué à des jeux collaboratifs où le but est de battre le jeu et non les autres joueurs.  Était au menu:

  • Pandémie: Malheureusement nous n’avons pu sauver l’humanité qu’une seule fois, et les maladies ont gagné 4 fois.
  • Space Alert: Nous n’avons commencé la partie que bien trop tard et n’avons pas pu bien l’apprécier.
  • Et en attendant l’arrivée de Space Alert: 7 wonders.

Nous étions quand même une bonne dizaine et donc avons fait 2 tables et pleins de rotations. Encore pleins de belles découvertes et de nouveaux apprentissages ^_^  Et comme d’habitude, il y avait bien trop d’excellente nourriture au Pot Luck

Étaient présent: Yannick, Carine, Patrick, Samuel, Louis, Nathalie, Audrey-Anne, Jessica, Marc-André, François, Mathieu et Manou

Save

Save

Save

Save

Journée de glissade annuelle à Saint-Calixte

Le rendez-vous avait été donné : le 28 janvier, on va glisser à Comme1Terre! Une vingtaine de personnes sont venues, enfants et adultes, collègues, amis et amis d’amis 🙂 Les seules consignes : amener un plat et quelques boissons à partager et ne pas oublier sa bonne humeur et un pantalon de ski.

Presque tous ceux qui étaient présents ont eu le courage de glisser. Certains sont partis de tout en haut, à quelque 50 mètres de l’arrivée, d’autres à mi-chemin. L’important : s’entraider, s’amuser et (peut-être) dépasser ses limites. Faire confiance, rire un peu, aider un enfant à mettre ses mitaines…

Les aménagements réalisés à l’automne ont porté fruit : les bosses étaient (un peu) moins hautes et les risques de foncer dans un arbre, grandement diminués :p

Certains braves ont poursuivi la journée avec une sortie en raquettes ou en ski!

La journée s’est terminée avec un bon feu de foyer, quelques boissons et un pot-luck. Et des discussions philosophiques ou politiques ou juste un peu de déconnage 🙂

Étaient présents : Yannick, Carine, Samuel, Caroline, Louis, François, Inge, Marc-André, Pandora, Killian, Dominic, Mélanie, Alexis, Cédric, Anick, Mathieu, Bettina, Jean-Michel, Joanne, Arielle.

Save

Save

Save

La piste de crazy carpet est prête :)

La piste de crazy carpet est prête :)

Tous ceux qui ont descendu la côte chez Yannick et Carine en crazy carpet se rappellent les bosses et les creux qui ont accompagné leur glissade! On a beau aimer les émotions fortes et ne pas craindre les ecchymoses (les « bleus »), il y a des limites 🙂

Pour la Journée écologique de décembre, nous avons donc décidé d’aplanir un peu cette côte. Nous avons rempli quelques grands trous avec de la terre. Nous avons aussi ajouté de la terre devant les plus grosses roches afin d’adoucir un peu leur « effet tremplin ». Enfin, nous avons enlevé les broussailles et coupé quelques arbres afin de bien dégager la piste. Le seul « arbre » que nous avons laissé est… le poteau d’Hydro-Québec 😉 Un travail exigeant, mais dont on profitera bien une fois la neige venue!

Une fois de plus, Carine nous a concocté un magnifique souper avec l’un des résident du poulailler : General Tao II 😉 (pas de photo, malheureusement…)

Vivement la neige qu’on aille glisser!!!

Étaient présents : Yannick, Carine, François, Mathieu, Anick et Karim.

cote-crazy-3 cote-crazy-2 cote-crazy-1

Oiseaux de St-Calixte

Je suis toujours fascinée par la grande diversité de la faune et de la flore qui nous entoure, et en tant qu’amoureuse incontestable des oiseaux, je suis très bien servie!! 😀

D’ailleurs depuis que nous avons emménagé ici, j’ai répertorié une liste des oiseaux observés sur le terrain. Bien entendu, il y aura toujours des petits coquins qui s’amusent à me déjouer, et dont je dois lâcher prise sur l’identification…dont beaucoup de parulines!!!

Je compte continuer cette liste donc je vais la mettre à jour le plus souvent possible.

 

 

 

Oiseaux de St-Calixte :
(en date du 2 juillet 2018)

 

 

Bruant à gorge blanche • Bruant familier

  

Bruant fauve • Buse à épaulettes

  

Canard colvert • Cardinal à poitrine rose

  

Chardonneret jaune • Chardonneret des pins

  

Chevalier grivelé • Colibri à gorge rubis

  

Corneille d’Amérique • Dindon sauvage

  

Geais Bleu • Grand Harle

  

Grand Héron • Grive des bois

  

Harle couronné • Jaseur des cèdres

  

Junco ardoisé • Mésange à tête noire

  

Mésangeais du Canada • Moqueur chat

  

Moucherolle phébi • Paruline à croupion jaune

  

Paruline noir et blanc • Paruline à flancs marrons

    

Paruline couronnée • Paruline des pins

  

Passerin indigo • Petite nyctale

  

Pic chevelu • Pic flamboyant

  

Pic mineur • Roselin pourpré

  

Sitelle à poitrine blanche • Sitelle à poitrine rousse

  

Sizerin flammé • Tourterelle triste

  

Tyran huppé • Urubu

  

Viréo aux yeux rouges

 

Oiseaux non photographiés

  • Balbuzard pêcheur
  • Bernache du Canada
  • Bruant chanteur
  • Cardinal rouge
  • Chouette Lapone
  • Corbeau
  • Effrai des clochers*
  • Engoulevent boispourri*
  • Étourneau Sansonnet
  • Faucon Pellerin
  • Gélinotte huppée
  • Grand Duc d’Amérique*
  • Grand Pic
  • Grive fauve*
  • Harle huppé
  • Martin pêcheur d’Amérique
  • Merle d’Amérique
  • Paruline bleue
  • Petite buse
  • Pic maculé
  • Pioui de l’est
  • Tangara écarlate

*oiseaux seulement entendus

 

Un poulailler plus chaud : travaux en cours

Un poulailler plus chaud : travaux en cours

poulailler-57Depuis quelques semaines, la gang de Saint-Calixte ajoute des planches au poulailler en prévision de l’hiver. Tout est fait de manière écologique, bien sûr 🙂 Yannick a récupéré de vieilles palettes dont on récupère les planches. On les sépare de la palette, on enlève les clous qui restent, on les scie à la bonne largueur puis… on les ajoute aux murs du poulailler 😀 Les planches trop abîmées finiront dans un feu de joie ^^

poulailler-3

poulailler-13poulailler-4poulailler-27

 

 

 

 

 

 

poulailler-21

 

Quelques planches, ça peut sembler bien peu de choses pour protéger des poules du grand froid québécois. Et pourtant, cela devrait suffire. En effet, les poules Chanteclerc ont été créées par des Québécois au début des années 1900 afin qu’elles résistent aux durs hivers d’ici. Les installer dans un poulailler bien chauffé nuirait à leur survie : bien au chaud, elles produiraient moins de plumes et deviendraient plus sensibles au froid. Cela dit, si les poules Chanteclerc résistent bien au froid, elles craignent toutefois les courants d’air. D’où l’ajout de planches pour boucher les trous 🙂

++

poulailler-5La journée a aussi servi à découvrir quelques plantes comestibles. Galvanisée par une formation récente sur la question, Carine est partie à la recherche de carottes sauvages avec l’aide d’Anick. Les avis sur leur récolte ont été partagés : les carottes ne sont vraiment pas bien grosses et assez fibreuses. Par contre, plusieurs trouvaient très beau de pouvoir reconnaître, déterrer et déguster des carottes qui sont naturellement présentes sur le terrain.

Étaient présents : Yannick, Carine, François, Nathalie, Anick, Inge, Marc-André, Pandora, Killian & l’oncle de Yannick.

Journée Écologique du mois d’août

Malgré la pluie samedi et le report de l’activitéBac-BRF au Dimanche, malgré une déchiqueteuse qui n’a fonctionné que 2h, malgré le manque de volontaires, malgré le flat du 4×4, malgré les pneus mous du trailer…. on a quand même pu générer nos 7 sacs de BRF (bois raméal fragmenté) nécessaires pour le jardin l’année prochaine. Bref, la journée écologique d’août a été un succès. De plus, on a vraiment baissé le gros tas de cochonneries qui traînaient sur le terrain.

La journée portait surtout sur ces 3 principes permaculturel:

  • Ne pas produire de déchets: Ce qui était un déchet pour l’ancien propriétaire est devenu une ressource pour notre jardin sous forme de BRF (paillis) et de bois pour le feu de camp.
  • Utiliser et valoriser les services et les ressources renouvelables: L’utilisation de BRF comme engrais et comme couverture de sol en est un bon exemple. Utiliser un paillis de plastique (ou pas de paillis du tout) et des engrais de synthèse serait la façon industrielle et non renouvelable de faire.
  • Créer une production, par l’entremise du jardin et en nettoyant un espace dépotoir, permettant ainsi à la nature de reprendre ses droits.

Grand merci à Patrick Brideau,Mathieu Lajoie, Nathalie et Jessica Vallée pour votre aide.

PDC en Irlande

Nous revenons d’un cours de « conception en permaculture »PDC-Wendy-Ireland ou PDC, en Irlande, et je dois dire que cela à changé nos vies.  Pour bien en communiquer l’impact, il est nécessaire de partager un bon souper et quelques bières et je vous invite donc à nous contacter pour organiser tout cela. Pour tous ceux dont ce plaisir n’est pas accessible, je vais tenter de faire ici un très bref résumé de ce qu’est la permaculture….

Notre civilisation s’en va tout droit dans le mur, nous disent les experts.

Les causes (pour n’en citer que 4) :

  • Économie fragilisé par la mondialisation et la spéculation
  • Agriculture industrielle qui détruit les sols
  • Changement climatiques
  • Et le tout basé sur un énergie bon marché, le pétrole, qui n’est pas renouvelable et qui va bientôt manquer.

Fatigué de me documenter sur les causes de tout cela et de sentir un immense sentiment d’impuissance monter en moi, j’ai décidé de chercher des solutions (à l’image du film Demain).  La permaculture se veut être la solution à tout ces maux.  Elle est pragmatique, réaliste et globale.

De plus, il est important de comprendre que la permaculture provient d’une recherche et d’une observation méticuleuse sur la capacité qu’a la nature à se relever, se régénérer… en bref, sa résilience. À travers leur recherche, les deux fondateurs de la permaculture ont pu en faire ressortir des principes carrément copiés de la nature, à transférer dans nos vies. D’où la logique: Les différents fonctionnements de la nature, ses succès et sa capacité de résilience sont accessibles et enseignés pour nous aider à trouver nous aussi des solutions. Si ça marche dans la nature, pourquoi ça ne marcherait pas pour nous aussi?

Permaculture veut dire « culture de la permanence » et comporte 3 aspects:

Une éthique qui oriente nos choix

  • Prendre soin de la terre
  • Prendre soin des gens
  • redistribuer les surplus.

Par une autre traduction:

  • Respect de la terre
  • Souci des gens
  • Partage équitable

Des principes  de conception qui nous aide à voir notre monde d’une autre manière, à trouver des solutions et nous aide à concevoir (d’où l’expression cours en conception en permaculture) un monde meilleur. Et c’est là que ça devient très intéressant, parce que la permaculture ne se veut pas un ensemble de prêt-à-manger, une sorte de dogme post-apocalyptique, mais bien un framework de pensées qui permet de repenser notre civilisation.  Notre PDC en Irlande nous à mis en contact avec plusieurs techniques d’agriculture, de constructions d’habitations ou de mode de vie permanent, mais c’est le retour constant à ces principes qui à fait toute la différence.  Vous trouvez ici un bon résumé de ces principes.

Un ensemble de techniques qui sont en constante évolution.

Cette fleur de la permaculture comporte des « suggestions » et selon vos besoins propres, vos valeurs propres, vous pourriez en ajouter et en enlever.  L’important c’est que ces techniques sont choisies à l’aide des principes de conception et sont en accord avec l’éthique.

Références

Je recommande très fortement ce petit livre: La permaculture, une brève introduction, par Graham Burnett, pour avoir une meilleure vue de ce qu’est que la permaculture. C’est concis, facile et très rapide à lire.  C’est sûr que c’est un survol à très haute altitude d’un sujet très vaste, mais il a le mérite de ne décourager personne. ^_^

Pour conclure

Notre projet d’éco-hameau vient de prendre un tournant important. Il s’est précisé.  Il porte maintenant sur vivre la permaculture ensemble.

 

Fumons le saumon!

Fumons le saumon!

DSCF0521

Le beau temps était au rendez-vous lors de notre dernière visite à Saint-Calixte et il n’y avait pas juste nous qui en profitions. Les arbres fleurissaient, les grenouilles coassaient et les libellules déployaient leurs ailes. C’était une journée parfaite pour fumer 2,5 kg de saumon bien frais. Dans une eau sucrée salée (au sel cascher, très important), les filets ont saumurés pendant 12h avant d’être étalés dans le nouveau fumoir (merci Cédric!). Patrick s’est occupé d’alimenter les braises de petit bois de pommier (de l’épicerie) et d’érable (en profusion sur le terrain). Tout en faisant des rotations aux pièces de viande, il s’est assuré que la température reste entre 150°C et 200°C pendant 4h30.

 

DSCF0556  DSCF0545 DSCF0543   DSCF0536 DSCF0540 DSCF0572

Au menu pour souper : galette de sarrasin garni de saumon fumé, asperges, patates grillées, crème sure et câpres. Hum, quel régal! Nous avons conservé une petite quantité de saumon dans des pots Masson rempli de vinaigre de vin blanc, de sucre et d’eau.

Yannick, Carine, Patrick et Daphnée étaient présents lors de cette journée.

DSCF0597 DSCF0592

 

 

 

 

 

Durant la journée, je me suis amusée à entrer dans l’univers de différentes petites bêtes: une libellule déployait ses ailes, des tritons fuyaient la chaleur dans les failles du béton frais, une grenouille verte et une grenouille des marais attendaient lentement leur repas et sans oublier les jolies poules qui se dandinaient en roucoulant.

DSCF0566 DSCF0570 DSCF0549 DSCF0533 DSCF0526 DSCF0518 DSCF0574 DSCF0584

 

Journée écologique de mai : on détourbe!

20160514_150304_HDR

Il y avait encore de la neige il y a à peine deux semaines mais, samedi, les mouches étaient déjà sorties! Pour la journée écologique de mai, nous avons poursuivi le travail entamé l’an passé et agrandi le jardin. Dans un village écologique, un jardin, ça va de soi 🙂 Pas moins de 350 pieds carré de pelouse ont donc été détourbés, ce qui a permis de doubler la taille du jardin! Trois pelleteurs prélevaient la tourbe et trois à quatre « secoueurs » la secouaient pour en retirer le plus possible de terre avant de la remiser dans le compost. En prime, les enfants et des secoueurs motivés ont ramassé plein de vers blancs (nocifs pour les plantes) afin de les donner aux poules… Des braves ont aussi planté 12 érables et quatre cerisiers 🙂

Une leçon a été apprise : il vaut mieux poser un géotextile qu’une bâche en plastique sur le gazon si on veut tuer avant de détourber. En effet, la bâche laisse passer la lumière et, donc, laisse pousser le gazon. Disons que le détourbage a été beaucoup plus exigeant que l’an passé, quand un géotextile avait préalablement étouffé et tué le gazon. Malgré cela, les travaux ont bien avancé, même s’il aurait fallu quelques bras de plus pour finir de secouer toute la tourbe et répandre le compost.

Étaient présents : Yannick, Carine, Mathieu, François, Anick (merci pour la salsa), Joëlle (un grand merci pour les côtes levées!), Gouri, Freddo et Grelot. Mention spéciale à François pour son saut dans l’étang, la veille! 20160514_150148_HDR 20160514_150224_HDR